Agglo Plaine Commune
 Vous êtes ici :

Mini-conférences

twitter facebook google + addthis envoyer par mail
Imprimer la pageConvertir au format pdf (ouverture dans une nouvelle fenêtre)

Histoire et Sociologie

© W.Vainqueur

L'inscription aux mini-conférences est obligatoire.

Mini-conférence  n° 32 : 

Des tablettes d’argile aux tablettes numériques : les supports de l’écrit à travers les âges
René-Marc Pille, Paris 8

Quoi de plus banal en apparence que le feuilletage d'un livre ? Ce geste n'en est pas moins le produit d'une longue histoire, émaillée de révolutions technologiques dont la dernière en date – celle de l'électronique – a été précédée de bouleversements non moins essentiels, depuis l'apparition des tablettes d'argile dans l'Orient ancien jusqu'à l'invention de l'imprimerie. En quoi la nature du support de l'écrit (puis de l'image) détermine-t-il l'expression de la pensée et la conservation des connaissances ? La prolifération des écrans mettra-t-elle un terme aux noces de l'encre et du papier que l'humanité célèbre depuis des siècles ? Telles sont entre autre les questions qui seront abordées dans une conférence qui se veut une contribution à une histoire critique de nos nouveaux objets familiers. 

 

Mini-conférence  n° 33 : 

« Romains » ou « barbares » ?
Anne-Marie Helvétius, Paris 8

La période historique comprise entre le IVe et le IXe siècle représente un moment clé pour la construction européenne. Comment les peuples d’origine barbare se sont-ils intégrés dans le monde romain ? Comment les Francs sont-ils parvenus à reconstruire un Empire en Occident? Cette période de transition entre l’Antiquité et le Moyen Âge suscite aujourd’hui de nouvelles recherches menées par des historiens et des archéologues européens.

 

Mini-conférence  n° 34 : 

Les premiers empires coloniaux du 16ème au 18ème siècle : la première mondialisation
Marcel Dorigny, Paris 8

A partir de la fin du 15e siècle, l’Europe se lança à la découverte des mondes jusqu’alors restés inconnus et hors de sa portée. Les Portugais partirent à la recherche d’une route nouvelle vers l’Asie, en longeant les côtes d’Afrique : au fil de cette longue descente ils installèrent des comptoirs sur les côtes, s’emparèrent des îles (Canaries, Cap vert …) et inaugurèrent la première forme de traite négrière ; de leur côté, les Espagnols se lancèrent à la recherche d’une route vers l’Asie en passant par l’Ouest : ainsi Christophe Colomb a atteint ce qui sera le « nouveau monde » dès 1492 … Ces « découvertes » se transformèrent  rapidement en conquêtes et en édification d’empires coloniaux immenses ; les populations autochtones furent en grande partie décimées, les survivants dominés et christianisés ; les richesses, notamment l’or et l’argent, transférées massivement vers l’Europe. La France, l’Angleterre, la Hollande se lancèrent à leur tour dans cette conquête des terres nouvelles, notamment en Amérique du Nord. Ainsi, à la fin du 17e siècle, le monde avait-il été « partagé » entre les puissances européennes qui y imposèrent leurs langues, leurs religions, leurs cultures. Les produits et les hommes circulaient sur les voies maritimes de plus en plus maîtrisées ; la forme la plus spectaculaire de ce vaste circuit intercontinental fut le commerce négrier qui transféra d’Afrique vers les colonies européennes de 12 à 13 millions d’êtres humains réduits en esclavage.

 

Mini-conférence  n° 35 : 

Les arts contre l’esclavage : le combat abolitionniste par les  arts
Marcel Dorigny, Paris 8

La conférence propose de mettre en lumière le rôle des artistes dans le combat antiesclavagiste, aux côtés des abolitionnistes et avec peut-être une efficacité démultipliée, les images ayant eu un impact populaire beaucoup plus percutant que les seuls textes.
Il ne s’agit  pas de réunir ici des œuvres  autour du thème, peut-être trop rebattu, du « Noir dans l’art… », mais celles qui portent  une dénonciation de la pratique esclavagiste explicite à travers le travail même de l’artiste, ce qui exclut, notamment, les scènes de la vie quotidienne dans les colonies, bien  souvent reproduites, mais qui le plus donnent une vision exotique idyllique des « îles à sucre ».
La démarche a consisté en une recherche d’œuvres produites par des artistes qui eux-mêmes se sont insérés dans  les combats contre l’esclavage et la traite négrière, mais également dans l’affirmation d’une nécessaire « mémoire de l’esclavage » dans les sociétés d’aujourd’hui, celles qui ont subi l’esclavage comme celles qui l’ont organisé dans leurs colonies. Il sera également présenté la façon dont ont été traités et dépouillés les documents archivés pour aboutir à la sélection des  œuvres en cohérence avec l’aboutissement scientifique recherché.

 

Mini-conférence  n° 36 : 

Les transports dans la Gaule romaine
Michel Molin, Paris 13

Des monuments figurés (reliefs, mosaïques, peintures) nous permettent de connaître non seulement les types de véhicules utilisés et leurs perfectionnements techniques, mais donnent aussi à l'historien des indications très précises sur les différents modes de transport utilisés et leur organisation tant économique que professionnelle dans l'ensemble d'un territoire correspondant à la France actuelle.

 

Mini-conférence  n° 37 : 

Pharaons noirs et pharaons grecs engloutis. A propos de quelques découvertes égyptologiques récentes
Jean Yves Carrez-Marratray, Paris 13

Il y a bientôt 200 ans, le 14 septembre 1822, Champollion déchiffra le texte écrit en hiéroglyphes sur la Pierre de Rosette, un décret rédigé sous le règne d’un roi d’origine grecque, Ptolémée V. Auparavant l’Egypte avait été gouvernée par des hommes venus du Soudan, les « pharaons noirs ». Après avoir rappelé les bases de l’égyptologie (chronologie, écriture, idéologie), nous montrerons comment ces souverains étrangers ont joué à la perfection leur rôle de pharaon égyptien.

 

Mini-conférence  n° 38 : 

Un trésor méconnu : les collections anciennes de la médiathèque du centre-ville de Saint-Denis
Julien Donadille, Plaine Commune

Il s’agira de faire prendre conscience au public présent de l’existence de ressources méconnues du territoire de Saint-Denis, par une présentation de l’histoire et du contenu des collections anciennes de la bibliothèque. Des exemples significatifs seront fournis, enrichis de photographies des documents. Des pistes de recherche seront proposées.

 

Mini-conférence  n° 39 : 

Qu’apporte la critique en éducation ? Savoirs évincés et pratiques minorisées : nos apprentissages braconniers
Delphine Leroy, Paris 8

Quels savoirs et quels modèles de transmission sont jugés conformes aujourd’hui ? Pourquoi ces choix ? A l’heure de la mondialisation et de l’universalisation des cadres, certaines connaissances, parfois ancestrales, demeurent illégitimes ou à la marge. Ainsi, certains bilinguismes familiaux sont effacés au profit d’autres langues jugées comme plus légitimes. Que produit cette hiérarchisation des savoirs et des modes d’apprentissages sur les personnes ? Comment valoriser ces expériences situées afin d’élargir le champ des savoirs et le pouvoir d’agir sur le monde de chacune d’entre nous ?

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

twitter facebook google + addthis envoyer par mail

Inscription

L'inscription aux conférences et mini-conférences est obligatoire : remplissez le formulaire d'inscription

Si vous êtes un établissement scolaire : remplissez ce formulaire

Contacts

Plaine Commune

Mireille DUNEZ - Tél : 01 55 93 56 81

Anne FAGNANI - Tél : 01 71 86 35 39

Thomas JOUANLANNE - Tél : 01 55 93 56 01